• Pas bien...

     

    Madame Kinder est une éternelle source d'inspiration pour moi! Je vous explique:

     

    Je voulais écrire un article sur un élève. Évidemment, pas de nom ni de classe mais on va l'appeler Kevin ( ça colle bien au personnage...). Il est arrivé en fin de premier trimestre. Comme d'habitude je lui demande qu'est-ce qu'il a fait avant en physique chimie. Il me dit qu'il était dans une école " spéciale", comprenez hors contrat, donc il fichait rien. Mais il considérait ça comme une école de surdoués vu la liberté et le rythme de travail ( ah!ah!ah!). Où madame kinder intervient? Là:Pas bien...

     

    Bon, il n'y avait pas les cœurs mais avec mon amour du métier, je n'avais pas le choix...lol. En fait, une fois arrivée à la maison, j'allume mon ordinateur et j'arrive sur Face de bouc où cette chère madame Kinder a partagé ce lien ( Mictor aussi, à croire que tous les profs se reconnaissent).

     



     

    Je reviens à mon petit Kevin: il me fait beaucoup penser à mon petit frère, N. Mais juste physiquement...Parce que sinon, j'ai plutôt envie de le cogner contre le mur! Il ne fait rien, ben oui, vous comprenez, il n'a pas besoin de copier pour savoir ( ah!ah!ah!). Ça va avec, mais il se prend vraiment pas pour de la merde: il essaye de me coincer à chaque cours,et ça m'agace...j'ai pas eu mon concours pour rien! Et en plus de tout ça (moui, Kevin ne se contente pas de peu...), il se permet de faire des commentaires méprisants et vexants sur les autres ( moi y compris). Généralement,je le vire mais il n'attend que ça alors cette fois ci, j'ai innové: je l'ai pourri. Je lui ai clairement dit qu'il n'était pas surdoué, loin de là, qu'il n'avait pas à se moquer des autres, parce que, s'il voulait, je pouvais m'y mettre aussi. Qu'il ne faisait rien de ce qu'un élève est sensé faire, donc qu'il n'avait rien à faire ici et qu'il n'avait qu'une chose à faire pendant le temps restant: s'aplatir comme une crêpe. Hum, j'y suis allé un peu fort mais encore pas assez apparemment parce qu'il sort: " ça y est,elle s'est lâchée, ça va aller mieux". Je l'est re-pourri et il s'est calmé. A la fin de l'heure, bon nombre d'élèves sont venus me remercier!!! Apparemment, depuis qu'il est arrivé, les profs se contentent de lui dire de se taire et il persécute les autres. Peut-être que j'ai remis un peu les pendules à l'heure, mais bon, les vacances vont passer par là, je vais devoir recommencer.

     



     

    C'est quoi le lien avec madame Kinder?

     

    Le sentiment d'être dans une arène... Heureusement, avec deux frères, j'ai de l'entraînement dans la répartie et les clash. J'imagine même pas sans ça, je me serais fait lyncher...et là adieu toute crédibilité...

     

    Mais le reste de l'image est très juste aussi. Je voudrais pourtant apporter des nuances:

     

    * La plupart de mes amis sont profs donc ils SAVENT. Mais les gens en général ( biquet le premier), ne comprennent pas notre fatigue, notre stress. Au bout de 6 semaines de cours ( ma môman rigole, aux USA, ils enchaînent 4 mois d'affilé), on réclame des vacances alors que les "autres" n'ont que 5 semaines de vacances par an. Et puis, c'est sans compter qu'on ne fait "que" 18h de cours par semaine, alors qu'eux...

     



     

    *Ma môman est prof donc sais que je ne suis pas une sorte de clocharde qui demande charité ou aide. Mine de rien, c'est plutôt chouette quelqu'un qui sait de quoi on parle ( et sur Terre, une seule espèce: les profs).

     



     

    *Bon pour la société, aucun commentaires. Ça rejoint un peu les "autres"! Et pour les élèves, c'est un peu l'idée sauf que les ordres sont en chinois...

     



     

    *J'ai du mal à comprendre l'image de Moïse... Soit c'est une impression d'être face à un problème à priori impossible ( genre traverser une mer à pied...). Soit c'est une impression d'être une sorte de messie, celui qui ouvre la voie. Il y a peut-être un peu des deux. Personnellement, je pense qu'on peut aider certains élèves mais seulement si eux le veulent. Les bons s'en sortiront toujours. C'est peut-être dû à ma matière. Au collège c'est plutôt de la culture générale, pas vraiment importante pour l'orientation. Avis aux profs de français/maths/histoire-géo...

     



     

    *Enfin, l'impression d'être dans une arène est très souvent présente. En tout cas, c'est toujours une représentation théâtrale: un prof est un acteur, il joue les fâchés, répète son texte sans relâche. C'est un peu comme un vêtement, on le met pour affronter la meute. On est un peu schizophrène: une personnalité pour la ville, une autre pour le boulot.

     

    Pour résumer:

     

    Pas bien...

     

     

     

    Et là je sens que vous sentez qu'il me tarde les vacances...

     

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mictor
    Mercredi 15 Février 2012 à 18:13

    Pour ton Kevin : bien fait pour lui ! Je suis un chaud partisan du respect de l'élève, et je pratique cette attitude au quotidien, mais, des fois, il faut savoir les remettre à leur place - et dans le cas de ton sale môme, ça me paraissait urgent et salutaire ! (je n'ai jamais eu l'occasion de tester, mais une collègue m'avait raconté qu'ayant un élève prétentieux et chahuteur, elle l'avait envoyé faire le cours au tableau, pendant qu'elle se mettait à sa place pour imiter son attitude, jonglant avec des stylos, dessinant sur le bras de sa voisine, rigolant, faisant des commentaires à voix haute, posant des questions dures et se moquant quand il ne savait pas répondre... > résultat garanti, paraît-il ! :D )


     Et sinon : décidément, en effet, l'image de Miss Kinder a du succès - et j'aime beaucoup ta version personnalisée (la première photo est juste géniale !!). Pour ce qui est de ton analyse :


     - "what my mom think I do" en clochard : je ne pense pas que l'image insinue que nos parents nous voient comme des assistés ou demandant la charité ; je pense que cette image montre juste la déception des parents de profs, qui imaginaient leurs enfants dans des situations aisées et confortables, vu leur niveau d'étude, et qui se désespèrent de la maigreur du salaire d'enseignant de leurs brillants rejetons.


    - "what I think I do" en Moïse : pour moi, cela représente la deuxième possibilité que tu évoques, à savoir l'incarnation de la Mission Educative et la Vocation Pédagogique, avec notre rôle de Patriarches, détenteurs d'un Savoir supérieur, guidant nos élèves sur la voie de la Connaissance, ouvrant un passage à travers les ténèbres de l'ignorance et de la bêtise, vers une Terre Promise de Culture, d'Intelligence et d'Indépendance d'esprit ! (très idéaliste, comme vision, mais il faut bien essayer d'y croire un peu - même s'il ne fait malheureusement aucun doute, comme tu le soulignes, que les flots risquent de se refermer sur les trop nombreux irrécupérables...). Et sinon, je serais curieux d'avoir l'explication de la petite grenouille verte que tu as choisie pour représenter ta vision de ton boulot ! :D


    - Pour l'instructeur qui gueule ses instructions en chinois : LOL ! C'est triste, mais tellement vrai...

    2
    bille de plomb Profil de bille de plomb
    Mercredi 15 Février 2012 à 19:32

    Ouh là, mictor s'est lâché et vraiment...c'est un prof de français! Trop cool l'explication, maintenant je comprends TOUT...lol. Pour la grenouille: j'ai tâpé sur google "attendre que ça passe" et j'ai trouvé la bouille sympa. Voili voilou...

    3
    Mercredi 15 Février 2012 à 20:18

    Pour des raisons que vous comprendrez, j'ai aussi vu passer cette image ! Et bien ri aussi... Ô combien vrai, parfois, même si ça dépend beaucoup des établissements et des gens... Si je reprends à mon compte (je trouve ça cool d'écrire ici des trucs que je ne mettrai pas sur FB!):

    - mes amis... la plupart sont précaires, ou éduc', ou prof, ou gros lecteurs de SF (si, si, il y a un lien : le lecteur de Sf est souvent plein de réflexion sur le monde et la société). N'ayant pas de famille autre que ma mère, ne me tenant pas très bien avec les gros c**s qui bavent sur les profs, ils ne deviennent pas mes amis.

    - ma mère : c'est là qu'on voit qu'on vient de "cultures familiales" bien différentes ! Pour elle, prof, c'est le Saint Graal, le miracle du fonctionnariat et du salaire assuré à la fin du mois (à l'occasion, je ferai l'historique des galères de mes parents ;), c'est digne de Zola), et elle me voit comme une Héroïne. Moïse, voilà, c'est lui.

    - la société : heu... je l'emm**, en fait. Elle peut bien penser ce qu'elle veut.

    - les élèves: heu... là, ça dépend franchement des années ! Mais je ne suis pas une aboyeuse de nature. Sauf quand je passe en "mode facho" dans les moments extrêmes, mais ça fait quelques années que ça ne m'est pas arrivé.

    - selon moi : comme Mictor, là, la Voix ne m'a pas appelée, mais honnêtement, même chez les Bisounours cette année, j'ai parfois l'impression qu'il faudrait un bon miracle pour certains. Une livraison de neurones, par exemple. Un miracle pour les profs aussi, vraiment. Cette semaine, j'ai fait partie d'une délégation en audience à l'IA (grand moment). Au pays des Bisounours, tout le monde râle en salle des profs, mais le jour où il faut aller au charbon, on se retrouve à deux TZR et un assistant d'éducation à s'inquiéter du futur d'un collège.

    - la réalité : ... pff. Je fais ma revue du blog du jour en 'écoutant les Béru au lieu de corriger des copies au lieu de préparer le cours qui manque pour demain au lieu de corriger des critiques. Non mais pff, quoi. Zut, c'est mercredi, j'ai pas fait la sieste, et je vais me coucher à pas d'heure.

    4
    NY mum
    Jeudi 16 Février 2012 à 00:16

    C'est quoi ce nain qui rêve??? Ben non, moi, je te vois plutôt en super technicienne de l'informatique et qui , en plus, se creuse la cervelle pour préparer des diaporamas super sympas pour essayer de capter l'attention de tes collégiens. Pour info, à NY, c'est légèrement compliqué : pas de punitions (euh... en tapant vite, j'avais tapé "pas de munitions".../ très révélateur!!!! lol ; aucun recours pour les élèves avec troubles du comportement. Aujourd'hui, j'en avais un dans le placard qui hurlait "Is it your birthday today?(il faudrait l'embaucher dans Alice au pays des merveilles pour la scène du non-anniversaire), un autre qui glissait sur le lino de la classe, une autre encore qui dansait sur le tapis tandis qu'un groupe de filles mangeaient des sucettes. Le bruit, pas la peine d'expliquer. Et le gamin du placard, je l'ai sorti manu-militari (je risque gros vu qu'aucun contact physique n'est permis). Il m'a aussitôt répondu : "you are not my mother. I can call my mother if I want" (le gamin a 7 ans et un portable dans son casier). Ah oui! J'oubliais de préciser : mon école se situe.... dans le Bronx. C'est pas le foutoir! C'est .... le Bronx. Et pour ne pas rester sur une note pessimiste, je dirais qu'avec tout ce qui s'est passé dans cette classe, en 40 mn de temps, 70% des élèves ont écrit une très jolie poésie sur le thème de "100 jours d'école" (oui, ici, tout se fête, même 100 jours d'école). Comme quoi il y a toujours du bon si on veut s'y attarder un tant soit peu. Keep the faith!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :