• Le specimen "fils de pute"

    Petite gallerie de portraits à défaut d'une jolie balade parisienne: le temps ne s'y prête pas, et mon assiduité à l'auto-école entraîne un temps plus réduit pour mon "vrai" travail.

    Je croise toujours les mêmes personnes dans la petite pièce mal chauffée. J'ai donc bien pu observé quelques specimens...

    La jeune écervelée: blonde décolorée à 17 ans et demi, maquillée comme une voiture volée, le portable greffé à la main, la jeune écerveée est une éternelle curieuse. Elle pose des questions à tout le monde, ce qui fait d'elle une source intarissable d'informations. Dès qu'elle fait des progrès, elle glousse et le dit à voix haute pour que tout le monde en profite. Elle est super gentille mais j'ai peur de savoir qu'elle va un jour conduire.

    28: Surnommé ainsi pour ses 28 fautes légendaires. Son record est de 19 fautes, il n'arrive toujours pas à baisser en dessous. En même temps, il vient dans LA salle pour rigoler, faire des commentaires sur l'injustice des réponses ou faire des tests bidons ( du style cocher B et C tout le temps et voir quel résultat il a à la fin). Là encore, le specimen n'est pas méchant, juste saoûlant quand on veut se concentrer. Il demande souvent aux meilleurs comment ils font, ben on lit le bouquin, on dort code et on mange code.

    L'étudiant désabusé: il vient une fois par mois. Il fait donc pas mal de fautes, mais surtout il ne progresse pas. La partie théorique le saoûle ( normal après 10 mois de code, je serais dans le même état), il n'en voit pas l'intérêt. Il fait une série et se barre à vélo après avoir acheté un croissant ou un pain au chocolat dans la boulangerie stratégiquement située au coin. En ce moment, il vient beaucoup plus souvent: en effet, au bout d'un an, on doit repayer des droits d'inscription. Et puis ses potes le charrient un peu quand même.

    Le fantôme surdoué: on le voit une fois. Il fait une faute. Il va passer son code. On ne le revoit plus.

    Le sérieux: il a appris son livre, vient régulièrement, n'oublie jamais sa petite télécommande et écoute religieusement les réponses enregistrées d'une voix de robot. Ce profil n'a rien d'intéressant, sauf quand il rencontre un autre sérieux, ils peuvent alors discuter sérieusement, entre deux séries, des règles de priorité et autres pièges du code. Je fais bien évidemment partie de cette catégorie, ce qui  me permet de me moquer gentiment de mes camarades de galère.

    Je termine par le plus intéressant:

    Le désormais célèbre " fils de pute": première rencontre mercredi dernier. La jeune écervelée me dit qu'il n'arrête pas de parler, que du coup, on comprend rien. Et dès les premières questions, en effet, il n'arrête pas. Je prononce alors un "chut" bien sonore, celui du prof. Le specimen se retourne, me toise, et me trouvant ridiculement inoffensive, me rétorque qu'il ne dérange pas. Je lui explique gentiment que pour se concentrer, il faudrait du silence pendant les questions. S'ensuit une polémique sur les différences entre le matin et l'après-midi, genre c'est plus fun le matin. Bref, je lui dis qu'on est l'après-midi là, donc on va se concentrer sur la série en route. Il met donc ses écouteurs et répond aux questions en silence. Lors des réponses, une erreur= un "fils de pute" et un bâton rageux sur une feuille pour comptabiliser ses fautes. Je le retrouve ce matin ( je ne pensais pas que le fils de pute se levait un samedi matin). Lors des questions, je crois qu'il a compris qu'il ne fallait pas trop me chercher, alors il répond aux questions tranquillement. Une exception, pour nous demander ce que veut dire " euphorique". Il se lâche alors pendant les réponses ( j'avoue que leur discours fait un peu bourrage de crâne), me racontant ses déboires ( deux ans de code ratés, accrochage avec les patrons d'auto-école). Et dès qu'il fait une erreur, on entend un fils de pute ou un putain retentissant. Profil très intéressant que ce jeune homme, admiratif devant mes 4 fautes (il fallait bien que je le place) et pas si méchant au final.

    Fière de mes résultats, étant toujours incapable de travailler un samedi, j'ai décidé d'aller faire les soldes. 12 euros plus tard, je rentre chez moi et  rencontre une foule assez importante pour Cergy-Pontoise. C'était une manifestation contre le mariage pour tous, j'ai juste eu envie de leur dire "fils de pute". La boucle était bouclée.

    Bonne journée à tous,

    Le specimen "fils de pute"

     

     

     

     

     

     

     

     

    P.S: Désolée pour le langage un peu châtié de cet article, la mauvaise influence du dernier profil...

    Pin It

  • Commentaires

    1
    MP
    Samedi 2 Février 2013 à 17:35
    Tu aurais pu t inspirer de Florence Foresty... Ce qui aurait donné "fils de flûte " ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :