• Ce titre a plusieurs signification aujourd'hui...

    Déjà, je sais que ç'est saoûlant, mais le temps fait plus penser à l'hiver qu'à un printemps agréable, vert et gazouillant. J'ai tourné le dos à mes convictions pour remettre le chauffage. En effet, après m'être ridiculisée avec deux paires de chaussettes, un pull, un gilet et un plaid, j'ai décidé que je pouvais garder juste un pull et mettre le chauffage. C'est la discussion n°1 en salle des profs, le temps déprimant. Entre les élèves chiants et les échéances qui approchent, on n'a même plus le beau temps pour nous remonter le moral.

     

    Autre raison, encore une collègue enceinte, donc encore une "petite" chose à tricoter. Justement, demi-belle maman m'avais donné quatre pelotes...pas de quoi faire quelque chose d'extraordinaire, mais en la mixant avec d'autres pelotes restée solitaires, ça donne une petite couverture pour une fille ou un garçon.

    Hibernation

    Hibernation

    Hibernation

    Hibernation

    Il y a aussi Roland Garros. Autrement dit, autant m'oublier pendant la quinzaine. Quoique, avec la pluie, je ne sais pas ce que ça va donner. Et puis, comme je dois passer le permis dans deux semaines, j'enchaîne les heures de conduite ( et donc de créneaux, insertions sur autoroutes et autres réjouissances).

    Voilà pour les nouvelles, pas de promenade donc, mais je dois vous avouer que ma tête est au départ maintenant. Alors, il reste quelques semaines donc pas d'inquiétude, je vous promets d'autres photos parisiennes!

    Hibernation

    Pin It

    2 commentaires
  • Aujourd'hui, il fait tout gris. En plus, après la reprise, je suis un peu fatiguée ( ou alors c'est le temps qui donne envie de se pelotonner dans un plaid sur le canapé)( oui je parle bien d'un plaid...il fait froid dans le nord).

    Du coup, je me suis dit que vous m'en voudriez pas si je n'allais pas dans notre chère capitale, mais par contre il vous fallait votre article du samedi. Au programme, un peu de cuisine. Du shopping. Et du tricot.

    Etant donné que je déménage dans un mois et demi, mon agence fait visiter l'appartement. Ce matin, réveil, petit rangement et je me suis dit, pourquoi ne pas faire un gateau histoire d'embaumer mon petit studio. Justement, il me reste des pommes qui vont finir par pourrir. Mais que faire avec des pommes? Plein de possibilités, j'ai donc chanté am stram gram dans mon livre de recette et hop, une petite tarte tatin pour mon estomac qui crie famine.

    Rien de bien compliqué, c'est juste un peu long et périlleux pour le dressage ( enfin, périlleux, n'exagérons rien!). Une pâte sablée:

    Petits plaisirs

    Des pommes épluchées, coupées en quartiers et légèrement caramélisées:

    Petits plaisirs

    Dans un plat à tarte, disposer harmonieusement les pommes sur des noisettes de beurre et du sucre ( et du papier sulfurisé, sinon, on pleure pour démouler)

    Petits plaisirs

    Au four une vingtaine de minutes, et taaaa daaaa!

    Petits plaisirs

    Petits plaisirs

    Mais il me restait encore un peu de pâte, alors hop, je râpe un peu de citron, j'emporte-pièce ( je sais, ça n'existe pas comme verbe, mais c'est mignon), au four, et hop, un petit en-cas:

    Petits plaisirs

    Petits plaisirs

    Après avoir mangé, direction le centre commercial pour acheter des petites choses ( mais pas trop, histoire de ne pas alourdir le déménagement).

    Petits plaisirs

    Petits plaisirs

    Et maintenant que j'ai gouté et écrit l'article, je peux me reposer et réfléchir à un choix cornélien: the voice ou l'eurovision?

    Petits plaisirs

    Pin It

    3 commentaires
  • Paris et la littérature

    Je vous parle depuis un certain temps de mon coffret de balades sous forme d'énigme. Il y en a une que je voulais faire depuis le début, paris et sa littérature. Mais je voulais absolument la faire avec mictor. Et mictor est un homme occupé, entre la grèce, la banlieue et tous ses innombrables amis (mictor est un homme qui gagne à être connu, je vous le dis), nos emplois du temps ont enfin pu se croiser!

    Coup de fil vendredi donc pour l'organisation, et pour nous mettre directement dans l'ambiance, le lieu de rendez-vous est donné sous forme...d'énigme:"la station de métro et la place qui constituent votre point de départ portent le nom de l'archange qui triompha du prince des ténèbres." Et BAM, mictor trouve direct. Il reste pourtant une bonne partie du paragraphe. Je commence donc à haïr mictor, mais bon, rendez-vous donc place saint michel ( celle avec les dragons).

    Paris et la littérature

    Après un petit tour d'horizon, nous nous dirigeons vers la rue de la harpe, pleine de touristes, de serveurs zélés et de bonnes odeurs. Après quelques déambulations, nous nous retrouvons au 23 rue de la huchette. Il y a là un théâtre qui jour du Ionesco depuis très longtemps. Evidemment, Mictor avait déjà deviné.

    Paris et la littérature

    Dans cette même rue, au n°5 maintenant, nous sommes devant un ancien lieu de rendez-vous des templiers, des membres de la convention puis des francs-maçons. Boris vian y a joué du jazz américain durant l'occupation, c'était son moyen de résister.

    Paris et la littérature

    Ce quartier est juste génial: déjà il y a là le meilleur couscous que j'ai jamais goûté, l'animation y est continuelle et pleins de magnifiques monuments sont à proximité. Je pensais bien connaître ce quartier ( mictor aussi) mais on a tout les deux découvert un lieu: l'église saint Séverin. L'extérieur est très beau, l'intérieur aussi, surtout au son d'un petit concert jazzy sur les grandes orgues.

    Paris et la littérature

    Paris et la littérature

    Un peu plus loin, entre les murs d'un ancien hôtel particulier protégé se trouve une librairie très particulière: l'Abbey Bookshop. D'après leur écriteau ( en anglais, alors j'ai pas tout compris), ils choisissent leurs livres, les chouchoutent et les revendent.

    Paris et la littérature

    Paris et la littérature

    Nos pas suivent ensuite Phèdre, Andromaque et Britannicus ( autant vous dire qu'on ne tenait plus mictor). Racine, donc, nous guide puis Saint Exupéry. Tout ça pour se trouver devant le polidor, célèbre retaurant pataphysicien (science des solutions imaginaires??!!).

    Paris et la littérature

    Nos pas foulent maintenant la plus longue artère parisienne ( rue de Vaugirard, 4360 mètres). Après un jeu de mot assez douteux ( train de sénateur, passage devant la sénat, ah! ah! ah!), on se promène dans un quartier connu, celui de saint germain des près et de saint-sulpice. Ce quartier, éminemment littéraire, recèle des petites pépites.

    Paris et la littérature

    Paris et la littérature

    Paris et la littérature

    Paris et la littérature

    Paris et la littérature

    Mictor est comme un poisson dans l'eau, entre les librairies, les bouquinistes et les références culturelles. Je le hais de plus en plus ( il connaît beaucoup trop de réponses à mon goût), mais on découvre aussi beaucoup de choses. Il y a aussi des incontournables.

    Paris et la littérature

    Paris et la littérature

    Et puis, on tombe parfois devant des endroits historiques comme l'immeuble où Picasso a peint Guernica:

    Paris et la littérature

    Ou encore une des demeures de La Bruyère ( notez le petit clin d'oeil!).

    Paris et la littérature

    Là, Mictor et moi étions fatigués, nous avions besoin d'un petit remontant et avions le choix entre un irish pub où les noms de coktails sont explosifs et un petit café où un café gourmand nous appelle ( du genre mangez-moi, mangez-moi!). Et comme c'est plutôt l'heure du goûter, eh bien nous avons résolu l'énigme finale entre une crème brulée et un tiramisu.

    Rendez-vous la semaine prochaine pour de nouvelles aventures ( et j'en aurai sûrement besoin après la reprise...)

     

    Paris et la littérature

    Pin It

    3 commentaires
  • J'avais promis de me bouger aujourd'hui, et malgré la grisaille, l'envie de rester au lit à lire ou tricoter, et bien, je tiens ma promesse. Direction donc la gare du nord et le faubourg saint Martin.

     

    Je commence par une maison un peu spéciale: le maison factice de paris ( pas de poignées, pas de volets?)

    En fait, ce n'est qu'une façade factice. Derrière, on y trouve des bouches d'aération de métro. On se trouve alors au 145 rue La Fayette. De l'extérieur, rien de vraiment différent, mais allez donc faire un tour sur google map et observez la vue aérienne de l'immeuble!

    Cette halte n'était pas inscrite dans mon fidèle bouquin de balade, mais quand même, mon devoir est de vous faire découvrir ce genre de choses!

    Je dois me diriger vers la station Louis Blanc, mais en chemin, je remarque des choses étranges:

    Mon livre m'indique ensuite une des dernières belles stations Guimard.

    C'est vrai que c'est joli, ça donne envie de prendre le métro...

    Mon oeil est quand même interpellé par une devanture anachronique.

    L'établissement Claverie promettait alors l'élégance des lignes, la souplesse des formes ou encore l'exquise sensation du bien-être. Mais oui, bien sûr.

    Un peu plus loin, je reviens dans mon époque avec l'immeuble abritant le conseil des prud'hommes de Paris.

    En continuant dans cette rue, après m'être sentie toute petite ( sentiment assez familier je dois l'avouer, du haut de mon mètre cinquante) entre tous ces immeubles hausmaniens, enfin une bouffée d'air ( peut-être pas frais, faut pas pousser...).

    Je suis alors au bord du canal saint martin, creusé par Napoléon pour améliorer la qualité de l'eau des parisiens. Les immeubles longeant le canal sont très disparates: tantôt d'un étage, tantôt de style stalinien. Mais tous sont placés sous la bienveillance de Raoul Follereau, défenseur des lépreux.

    Le quartier est très populaire, les habitants se battent pour garder des espaces verts comme le jardin Villemin, très accueillant en ce début de printemps.

    Je dois vous avouer qu'à partir de là, j'ai déambulé un peu, pris en photo des fleurs, des oiseaux et donc un peu perdu le fil de ma balade. Il n'empêche que je retrouve les abords du canal, cette fois dans sa partie un peu plus branchée. Des touristes mitraillent les passerelles, les boutiques colorées, bref,ils font comme moi!

    Non loin de là, on trouve le plus vieil hôpital de Paris: l'hôpital Saint Louis.

    Au départ éloigné de la capitale pour isoler les pestiférés, il est maintenant en plein dans le 10 ème arrondissement. On peut profiter de sa chapelle, de son jardin mais aussi juste profiter de l'architecture très "place des vosges".

     

    En sortant, je retrouve les quais, les passerelles, mais aussi une ambiance plus urbaine.

    Le livre me fait faire une petite boucle pour profiter des passerelles mais croiser un lieu mythique.

    En fait, Arletty n'a jamais tourné ici, on a reconstitué le décor en studio. Mais chut, laissez moi profiter tranquillement.

    Un peu plus loin, après avoit croisé un lion, je me retrouve face à un faux ( encore!): le bar les 2 singes et ses faux colombages.

     

    Les choses ne sont pas forcément ce qu'on croit, pour exemple derrière une horrible façade, on peut trouver des cours très élégantes.

    Je viens de me rendre compte qu'en fait, ce quartier n'est pas du tout homogène, loin d'être hausmannien. On y côtoie une mairie néo renaissance, des arcs de triomphe ou encore des galeries à l'ambiance exotique.

     

    Cette balade s'achève ici, parmi les bonnes odeurs des restaurants indiens et les sourires des serveurs qui veulent tous vous offrir quelque chose...

    J'espère que cette reprise vous a plu, il y en aura eut-être un peu plus demain...

     

    Pin It

    3 commentaires
  • Aujourd'hui je voulais aller faire un tour du côté du canal Saint Martin, histoire de revoir Paris, de me balader mais aussi de sortir.

    Hélas, ce matin, le ciel était tout gris, j'avais une crise de flemmingite aigüe sans compter un peu de couture et de cuisine. Moui, j'ai envie de rester chez moi en fait, de faire la larve en pyjama. Promis, demain je me bouge!

    En attendant, biquet m'a annoncé que son collègue allait avoir un bébé. Me voyant tricoter pour mini kinder, il s'est dit que je pouvait peut-être confectionner un petit quelque chose. Comme c'est une fille, j'ai décidé de reprendre le modèle qui va bien, un petit cache coeur au point mousse, de la droguerie. J'ai juste rajouté des petits détails.

    Marin d'eau douce

    Marin d'eau douce

    Marin d'eau douce

    Et preuve que je m'applique, j'ai même signé mon oeuvre...

    Marin d'eau douce

    Autre envie du jour, une petite tartelette. Justement, j'avais tout ce qu'il fallait pour faire ça:

    Marin d'eau douce

    Miam, miam. J'ai encore un autre projet à terminer, mais mon amour de la couture attendra.

    A bientôt pour de nouvelles aventures parisiennes.

     

    Marin d'eau douce

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires